Les Chapieux – col du Bonhomme – Notre-Dame-de-la-Gorge – Saint-Gervais-Le Fayet

J 6/ Les Chapieux – col du Bonhomme – Notre-Dame-de-la-Gorge – Saint-Gervais-Le Fayet

Randonnée vers le célèbre col du Bonhomme, ancien passage de contrebandiers entre Les Contamines et le Beaufortain. Montée possible jusqu’à la tête des Fours — splendide point de vue. Nous quittons progressivement les rochers et les alpages d’altitude pour la forêt de Notre-Dame-de-la- Gorge, au-dessus des Contamines-Montjoie. Transfert dans la vallée. Séparation à la gare de Saint-Gervais en fin d’après-midi.

6 h de marche. M : 950 m. D :1270 m.

IMG_3933IMG_3934IMG_3936

IMG_3939IMG_3940IMG_3942IMG_3943IMG_3944IMG_3947IMG_3948IMG_3950IMG_3951IMG_3952IMG_3955IMG_3956

IMG_3958.jpgIMG_3959.jpgIMG_3960.jpgIMG_3962.jpgIMG_3964.jpgIMG_3970.jpgIMG_3975.jpgIMG_3987.jpg

Courmayeur – col de la Seigne – vallée des Glaciers – Les Chapieux

J 5/ Courmayeur – col de la Seigne – vallée des Glaciers – Les Chapieux

En direction de l’aiguille des Glaciers, nous franchissons le col de la Seigne (2516 m), frontière entre l’Italie et la France. La vue sur l’aiguille de Peutrey et le Mont-Blanc de Courmayeur est magnifique. Nous sommes dans le Beaufortain, descente vers La Ville-des-Glaciers (1789 m), puis jusqu’aux Chapieux.

6 h de marche. M : 900 m. D : 950 m.

IMG_3862IMG_3866

IMG_3871IMG_3872IMG_3877IMG_3878

IMG_3884IMG_3885

IMG_3893IMG_3897

IMG_3903IMG_3905IMG_3909.jpgIMG_3913.jpgIMG_3914.jpgIMG_3916.jpgIMG_3918.jpgIMG_3920.jpgIMG_3921.jpgIMG_3924.jpg

Champex – Ferret – grand col Ferret – Arnuva – Courmayeur

J 4/ Champex – Ferret – grand col Ferret – Arnuva – Courmayeur

Transfert matinal jusqu’au petit hameau de Ferret (1700 m). Nous remontons le val Ferret suisse jusqu’aux alpages de La Peule (2071 m), et rejoignons ensuite le fameux grand col Ferret (2537 m), frontière entre la Suisse et l’Italie, qui découvre un panorama unique sur les Grandes- Jorasses et le mont Dolent. Descente, face aux glaciers de Pré-de-Bar et de Triolet, vers Arnuva et le village italien de Courmayeur.

6 h de marche. M : 950 m. D : 800m.

IMG_3758IMG_3767

IMG_3778IMG_3780IMG_3784IMG_3792IMG_3798IMG_3805IMG_3806IMG_3808IMG_3809

IMG_3816IMG_3818IMG_3829

Trient – col de La Forclaz – Les Bovines – Champex

J 3/ Trient – col de La Forclaz – Les Bovines – Champex

Montée au col de La Forclaz et randonnée vers les alpages de Bovines (1987 m). Les belvédères sont nombreux sur le Valais, et le sentier serpente entre forêts et montagnettes, vastes clairières destinées au fourrage des vaches d’altitude. Nous rejoignons ensuite le village et le lac de Champex.

5 h 30 de marche. M : 800 m. D : 650 m.

IMG_3656IMG_3657IMG_3658IMG_3659IMG_3660

IMG_3673IMG_3675

IMG_3691IMG_3697IMG_3700

IMG_3706IMG_3708IMG_3710IMG_3712IMG_3720

IMG_3724IMG_3725IMG_3735.jpgIMG_3744.jpgIMG_3746.jpgIMG_3748.jpg

Argentière – Les Frettes – col de Balme – Trient

J 2/ Argentière – Les Frettes – col de Balme – Trient

Court transfert en bus local jusqu’à Tré-le-Champ. Longue mais magnifique montée en forêt, puis sur les arêtes faciles des Frettes pour atteindre, au cœur des alpages, l’aiguillette des Posettes (2201 m). Le panorama sur les glaciers du massif du Mont-Blanc sont impressionnants. Descente sur le col des Posettes (1997 m) et derniers efforts pour atteindre le plan des Reines, sommet de notre étape du jour. Traversée vers le col de Balme (2191 m) et descente finale sur Trient (1300 m). Dîner et nuit à l’auberge du Mont Blanc.

6 h 30 de marche. M : 1000 m. D : 1200 m.

IMG_3589IMG_3598IMG_3590

IMG_3601

IMG_3608.jpgIMG_3611.jpgIMG_3613.jpgIMG_3617.jpgIMG_3621.jpgIMG_3625.jpgIMG_3631.jpgIMG_3635.jpgIMG_3637.jpgIMG_3638.jpgIMG_3639.jpgIMG_3642.jpgIMG_3646.jpgIMG_3648.jpgIMG_3651.jpgIMG_3653.jpg

 

Flégière – lacs des Chéserys

Accueil à 10 h 30 devant la gare ferroviaire des Praz-de-Chamonix. Par le téléphérique de La Flégère (1800 m), montée jusqu’à un fantastique point de vue sur tout le massif du Mont-Blanc. Randonnée vers les célèbres lacs des Chéserys (1891 m), magnifique point de vue sur le seigneur des Alpes. Descente vers Argentière.

5 h 30 de marche. M : 500 m. D : 1100 m.

IMG_3557IMG_3561IMG_3563IMG_3566IMG_3569IMG_3570IMG_3573IMG_3576IMG_3578

Tanzanie – Kilimandjaro – Global trek – Préparatifs de la route.

 

A quoi m’attendre ? Quel va être mon parcours via la route Lemosho.

La route Lemosho Crater est la route la plus populaire grâce à sa beauté. Sa durée permet une bonne acclimatation et procure une certaine excitation à l’idée de passer la nuit à 5730 mètres à l’intérieur du cratère du Kilimandjaro.

Ces 9 jours nous emmènent à l’ouest du Kilimandjaro. Nous traversons le plateau Shira et atteignons les pieds de la Lava Tower que nous escaladons pour profiter d’une superbe vue panoramique. Nous rejoignons le cratère en compagnie des grimpeurs ayant empruntés la route Machame, nous les quittons au campement Barafu pour continuer notre route et  dormir sur le doux sable du cratère, nous grimpons avec le lever du soleil jusqu’au sommet, avant de redescendre vers le Sud-Est et vers les incroyables vues du pic Mawenzi.

kilimanjaro-routeslemosho
En rouge l’ascension – En bleu la descente

Jour 0: 14/07/18, Aéroport de Bruxelles – Aéroport Amsterdam – Aéroport de Kilimandjaro

Jour 1: 15/07/18Arusha

Jour 2: 16/07/18, Parc National du Kilimanjaro – Forest Camp – D+691 m
Porte Londorosi (2,100m/6,890’) –> Mti Mkubwa (2,791m/9,160’)
Distance: 10 km | Heures de marche: 6 | Altitude départ: 2 100m, Altitude à la fin: 2 791m

Jour 3: 17/07/18 Forest Camp – Shira camp – D+859 m
Mti Mkubwa (2,791m/9,160’) –> Shira (3,650m/11,975’)
Distance: 9km | Heures de marche: 6 | Altitude départ: 2 791m, Altitude à la fin: 3 650m

Jour 4: 18/07/18 Shira camp – Moir Camp – D+514 m
Shira (3,650m/11,975’) –> Moir (4,164m/13,660’)
Distance: 10km | Heures de marche: 6 | Altitude départ: 3 650m, Altitude à la fin: 4 164m

Jour 5: 19/07/18 Moir Camp – Lava Tower – D+486 m
Moir (4,164m/13,660’) –> Tour Lava (4,650m/15,257’) –> Barranco (3,950m/12,960’)
Distance: 10km | Heures de marche: 6 | Altitude départ: 4 164m, Altitude à la fin: 3 950

Jour 6: 20/07/18 Barranco Camp – Camp Barafu – D+735 m
Barranco (3,870m/12,700’) –> Barafu (4,605m/15,109’)
Distance: 12km | Heures de marche: 8 | Altitude départ: 3 870m, Altitude à la fin: 4 605m

Jour 7: 21/07/18 Camp Barafu – Stella Point -Crater Camp – D+1067 m
Barafu (4,605m / 15109 ‘) -> Stella Point (5,750m / 18870’) -> Cratère (5,715m/18,751’)
Distance: 11km | Heures de marche: 8 | Altitude départ: 4 605m, Altitude à la fin: 5 750m

Jour 8: 22/07/18 Crater Camp – Uruhu Peak -Mweka Camp – D+180 m D-2647 m
Cratère (5,715m/18,751’) –> Sommet Uhuru (5,895m/19,341’) –> Mweka (3,068m/10,066’)
Distance: 12km Heures de marche: 9 | Altitude départ: 5 715m, Altitude à la fin: 3 068m

Jour 9: 23/07/18 Mweka Camp – Mweka gate – Arusha  – D- 1418 m
Camp Mweka (3,068m/10,066’) –> Porte Mweka (1,650m/5,514’) ->Arusha
Distance: 16km | Heures de marche: 4 | Altitude départ: 3 068m, Altitude à la fin: 1 650m

 

Prévisionnel : distance à parcourir : 90 km  avec un Dénivelé positif de D+ 4832 m

Sans nulle doute, un beau trajet qui ne sera pas facile. Eprouvant sans doute même.

Mont Blanc. Pourquoi j’ai louper mon Mont Blanc.

Et oui. J’ai raté mon Mont Blanc! Même si je suis content de l’aventure et d’avoir parcouru le chemin jusqu’où j’ai été, j’ai fini par louper mon sommet et faire Demi-tour.

Explications.

Je pense que plusieurs facteurs ont joués dans ce renoncement et ce, dans le premier tiers de la course.

1 Surestimation

Du point de vue personnel

Et quand je parle de surestimation, il y a ma surestimation personnelle. Là ou je me disais, où j’avais pu lire à plusieurs reprises, « le Mont Blanc n’est qu’une randonnée en haute altitude.  » peut être par la voie classique. Et honnêtement je ne saurais l’affirmer. Mais je ne pense vraiment pas. En tout cas, pour l’avoir essayer du côté italien et pour ma part, ce fut plus qu’une simple randonnée. Si on devait revenir tout au début de ma préparation j’ai regarder différentes agences pour faire ma réservation pour effectuer le sommet du Mont-Blanc. j’étais finalement passé par une agence qui proposait le sommet en quatre jours en effectuant le trajet des trois monts et finir par le Mont Blanc. Le premier jour consistait à remonter l’ensemble de la mère de glace, avec l’école de glace, le deuxième jour à monter un petit peu en altitude pour essayer de s’acclimater un peu, jouer avec les cordes et les deux jours restants étaient consacrés au Mont Blanc. Ce ne fut pas le programme final. Cela fini par une ascension en deux jours du côté italien via le refuge de Gonella. Beaucoup plus ambitieux en effet et j’avoue ne pas avoir été assez préparé pour une telle activité. Cela représente un dénivelé de plus de 1800m le premier jour. Trop pour moi sans doute.

Du point de vue de mon équipement

J’avais fait un travail en amont pour m’équiper au mieux. Avoir tout le nécessaire etc. Rechercher un sac léger pour partir léger comme une fleur et… ce ne fut absolument pas le cas. Mon sac fini par peser au moins 12 kg … 5 bons kilos de trop.

Mon sac me casse les épaules. Il est bien trop lourd. Pourquoi ai-je pris tout ce poids ?

Pourtant j’ai pris le matériel indiqué sur la liste donnée par l’agence. Piolet, crampons, vêtements etc etc. J’ai pris en plus mon appareil photo, mes chargeurs, quelques barres de céréales, l’eau … rien de trop inutiles. Pourtant en réfléchissant bien j’aurai pu l’alléger d’avantage. J’espère que ça va me servir de leçon pour mon Kilimandjaro…

Sac préparé !

2 Vouloir en faire trop.

J’étais à Chamonix. J’avais mon équipement de Via Ferrata avec moi. Du coup comme j’avais deux jours de libre avant cette aventure, je ne voulais pas rater l’occasion de m’amuser un peu. Le premier jour je me suis organisé  une belle balade et le lendemain la via feratta des Evettes à la Flégère. Très belle Via Ferrata en tout cas. Classée AD (assez difficile). Il est vrais que certains passages demandent de beaux efforts et ce n’était peut être pas la meilleure idée de brûler beaucoup d’énergie juste avant mon expe

Mais alors que s’est-il passé pour que j’aie du renoncer

On est partit à deux avec le guide Yohan qui m’accompagnait avait quant à lui une bonne expérience d’alpinisme, ce dont je n’avait absolument pas. Leurs cadences de marche étaient plus rapide que la mienne. Sans doute par l’habitude de progresser dans ce genre de terrain. Une fois le chemin passé, la neige à cette époque était encore bien présente. J’avais du mal à progresser sur le glacier. Zippant tous les trois pas, me déséquilibrant et jurant par la même occasion. Je n’avais jamais progressé avec des crampons, ce fut ma première expérience et j’avoue que le guide ne m’a pas trop expliqué comment marcher cramponné. Ce fut rapide. Je me suis d’ailleurs pris quelques belles gamèles en me prenant les crampons dans les attaches.

Leur cadence de marche était plus rapide que la mienne, je me suis retrouvé seul à plusieurs reprises, sans même apercevoir le guide devant moi. Bref il m’on lâché maintes fois. Comme ma cadence de marche était bien moindre que la leur, dès que je les rattrapais, il recommençait aussitôt à marcher. De ce fait je n’avais jamais vraiment de pause pour pouvoir me reposer. Cela a fini par m’épuiser.

Petite pause déjeuner. 10 min Yohan et le guide.

Arrivé à bout de souffle, mes forces déjà bien entamées, on passe dans une partie alpine plus sévère. On s’encorde et on grimpe une partie de glacier assez abrupte (35 degrés min. ) pour arriver à devoir franchir plusieurs névés. Ceux-ci sont assez impressionnants et la trace est vraiment faible, voire inexistante. A ma droite j’ai plus de 80 m de vide. On est pas cramponner (je ne sais pas Pq d’ailleurs) à peine encordé. J’avoue ne pas me sentir en sécurité. Mes efforts intenses précèdent font vaciller mes jambes. Je zippe quelques fois très légèrement. Le guide panique et me dis que si je tombe je l’entraîne avec lui. Oui je suis bien d’accord et je n’ai pas envie de tomber non plus. Une réflexion sur le reste de l’aventure s’impose ! Que faire ?

Plusieurs options. Je choisi de ne pas saboter le sommet de Yohan

Il est temps de porter un regard sur les options possibles. Moi, à cet instant de l’aventure, je n’ai absolument pas confiance dans les capacités du guide. Quels sont les choix possibles? Soit faire demi tour et du coup je sabote le mont-blanc de Yohan, soit on continue jusqu’au refuge et demain on voit ce que l’on fait. Je propose alors de redescendre seul jusqu’à Courmayeur et de les laisser continuer.

img_1559.jpg
img_1518
L’endroit ou j’ai fait demi-tour
Tracé gps

A ce moment là je ne me rend pas vraiment compte du retour à faire et surtout que ce ne sera pas simple du tout…Je fini par me retrouver encore une fois bien seul en haute montagne. Et la descente fut pénible et longue. Je ferais une petite chute d’1m50 et heureusement ce n’était qu’un trou et non une crevasse profonde. Mes côtes arrêteront violemment ma chute sur un rocher, me coupant le souffle durant 30 belles secondes. Après m’être extirpé comme je pouvait, j’ai continuer péniblement ma descente et je fini par rencontre un brave homme qui descendait également à la recherche des ses coéquipiers qui, eux aussi avaient eux des problèmes. Et heureusement que j’ai fais cette rencontre inopportune car il finira par bien m’aider à m’extirper des éboulis et finir ma progression. Après avoir réussit à joindre l’agence (qui ne m’apportera aucune aide) afin de leur expliquer la situation, j’ai rejoins Courmayeur et passer une nuit exquise dans une très bon hôtel qui avait été réservé pas un taxi qui fut d’une extrême gentillesse.

En résumé 9h30 de marche – 1140 m dénivelé positif – 1000 m dénivelé négatif approximativement. 25 km parcouru.

Alors pourquoi j’ai louper mon sommet?

1 manque d’entraînement
2 surestimation de la course
3 sac trop lourd
4 mauvaise organisation agence
5 guide non adéquat à mon rythme avec de nombreux manquements
6 insécurité
7 trop d’efforts avant courses

Je finirais par dire que je suis fortement en cause de cet échec même si des problèmes se sont rajoutés au fur et à mesure afin de compliquer les choses.

Commencer l’alpinisme par le Mont Blanc est une belle idiotie de ma part.

Mais je n’ai pas dis mon dernier mot ! On va dire que c’était une préparation au sommet que je pense réessayer un jour quand je serai plus préparer à frôler les cimes de l’Europe.